All posts by adminxc

La smart money ou l’argent intelligent

Il est conseillé de suivre l’argent intelligent

Nous devons prendre conscience qu’en face de nous existe deux types d’investisseurs : les plus petits (Dumb Money)supposés ordinaires et irrationnels qui perdent souvent et n’ont aucun sens du timing du marché et une autre catégorie rationnelle représentée par les investisseurs professionnels (SmartMoney) qui gagnent de l’argent.

 

http://www.sentimentrader.com/

Le principe : le « smart money » dénommé aussi « l’argent intelligent » représente les insiders, c’est-à-dire les initiés comme les dirigeants de sociétés, les gros portefeuilles, les institutionnels etc.… http://www.londonstockexchange.com/prices-and-markets/markets/prices.htm

Ils sont placés dès les premiers balbutiements de la hausse et possèdent l’art et la manière de refourguer les actifs qu’ils ont fait monter aux petits investisseurs qui courent derrière la hausse. On peut le constater concrètement lorsque les fonds et autres sicav actions voient des flux anormaux d’argent arriver. Cette attitude est typique de fin de hausse comme ce fut le cas en 1929, 1968, 1987 et en 2000.

Il existe encore bien d’autres indicateurs à contre-courant… Le roi de tous étant encore et toujours le Vix (je ne vous ai fait état que ceux que j’analyse chaque semaine depuis des années et qui sont dotés d’un taux de réussite qui dépasse de loin la moyenne de bon nombre d’outils de l’analyse chartiste, par exemple).

Alors qu’au fur et à mesure que le rebond boursier initié en mars 2009 prenait de l’ampleur, toutes les stratégies des analystes techniques classiques volaient en éclat les unes après les autres, celles-ci donnant d’innombrables faux signaux. Elles perdirent dès lors de leur fiabilité. Dans cet environnement, seuls les contrarians qui ont respecté leurs approches se sont vus récompenser dans un environnement soi-disant hostile pour l’investissement. Lire : trading pour les nuls

Face au vertige et à l’ivresse des sommets ou à l’inverse des profondeurs abyssales des marchés, la prudence demeure la mère de toutes les vertus.

Stratégie d’achat sur consolidation des cryptomonnaies

Consolidation sur des prises de bénéfices

C’est parti fort toute la journée (plus 21.8%) ; j’ai revendu ma position sur mon compte KRAKEN le lendemain le jeudi 16 juin en matinée, vers 1680 euro, ce qui représentait plus de 20% de gains en deux séances ; au début de cette seconde séance il y a eu un petit rush vers les 1750 euro et j’en ai profité pour solder mes positions ; la valeur à fait une petite consolidation sur des prises de bénéfices avant de se reprendre un peu en fin de matinée et de consolider de nouveau un peu l’après-midi pour finir sur une bougie day avec longue mèche : tout de même 23% de gain en clôture !!

Résistance bien identifiée à 1340 euro

Le titre avait une configuration graphique très positive en triangle d’indécision sous une résistance bien identifiée à 1340 euro un peu comme LITECOIN décrite au chapitre précédent ; sur des valeurs aussi spéculatives et explosives que ETH ou BTC ce type de configuration entraine un retour violent de volatilité.

Le lendemain le 15 juin jour de l’annonce des résultats annuels 2016, quand j’ai lu bonne nouvelle et quand j’ai vu comment le marché ramassait le papier et comment ça chargeait grave dans le carnet, j’en ai acheté encore une grosse position à 1400 euro environ. Il faut bien evidement sécuriser ses gains et pourquoi pas les sortir du broker et les mettre sur une carte bancaire bitcoin pour pouvoir les dépenser comme on veut. Encore faut il choisir la bonne carte prépayée ! car là aussi dans ce marché des cryptos moyens de paiement les arnaques sont légions

Exception à la règle de prudence

Je fais donc une exception à la règle de prudence de ne pas prendre position la veille d’un résultat important ; je suis en levier deux sur le titre ; mon hypothèse se vérifie et le bitcoin décolle sur des forks en net progrès ; l’effet de bonne surprise l’emporte et est très bien accueilli par le marché : le titre ouvre sur un gap d’entrée de presque 3 euros à 2125 euros (clôture de la veille à 2122euros) ; je me renforce un peu sentant la force sous jacente qui propulse le titre vers le haut.

Le titre

Le marché des matières

ERAMET a une fois de plus, clôturé au plus bas à 65 € et a ainsi retrouvé un niveau de cours plus observé depuis la fin 2004 ! Valeur cyclique par excellence, l’action du producteur de métaux non ferreux fait les frais du mouvement de correction observé sur le marché des matières notamment de la chute de cours du nickel, au plus bas depuis 4 ans. Les acteurs de l’industrie mondiale du nickel se réuniront d’ailleurs la semaine prochaine en Nouvelle-Calédonie pour évoquer l’avenir du secteur.
Il a fallu que je remonte à 2004 pour essayer d’identifier des supports en weekly, il n’y avait pas d’autres solutions.
PEUGEOT n’est pas un titre facile à trader. La moindre news est capable de couler ou de faire flamber le titre : nous avons pu encore nous en rendre compte cette semaine avec la rumeur GENERAL MOTORS. Les stops sur ce titre sont donc impératifs. Honnêtement, je pense qu’à terme, l’américain mettra la main d’une façon ou d’une autre sur la marque au Lion. La seule interrogation sera de savoir « dans quelles conditions » ? Quand on regarde la configuration graphique, on en déduira que le titre évolue surtout au gré des droites / obliques. Le titre n’a toujours pas comblé le gap haussier (5,65 – 5,24) datant du 24 avril 2013. Pour ceux qui doutent de la puissance des gaps, vous remarquerez que les cours ont buté « pile poil » sur la limite supérieure du gap à 5,65 (cf. ellipse violette du 24 juin) qui a servi de support … Si les cours étaient passés en dessous des 5,65, la baisse de PEUGEOT se serait accélérée avec l’aide des VADeurs qui auraient appuyé sur le titre pour lui faire toucher la borne inférieure du gap à 5,24. Le titre a donc entamé un rebond sur les 5,65 ce qui lui a permis de réintégrer le canal baissier TCT. Les cours n’ont pas réussi à vaincre le niveau supérieur de de ce canal. Le passage des 6,55 puis de la résistance des 6,7 validera un retournement haussier sur le titre avec pour cible principale les 7,15 voire les 7,55.

Valeurs industrielles

SOLOCAL possède grosso modo la même configuration graphique que PEUGEOT, les cours sont coiffés par une oblique baissière qui empêche toute velléité haussière sur le titre. Les 1,61 sont à franchir. De nombreuses valeurs industrielles se sont reprises, MANITOU n’en fait pas partie mais on surveillera le titre de près. J’ai déjà réalisé une petite AT il y a quelques semaines sur ce titre. La tendance baissière MT reste bear (cf. oblique baissière) avec des Moyennes Mobiles toujours baissières. A CT, le titre montre cependant quelques velléités haussières avec la formation de longs chandeliers verts dans des volumes corrects pour le titre. La petite résistance des 10,3 a été franchie, on attendra cependant le dépassement des 10,5 pour passer à l’achat
Je vous parlais la semaine dernière du titre INNATE PHARMA dont la baisse me paraissait exagérée. Comme prévu, la zone de support des 2,12 – 2,22 a joué son rôle et a permis au titre de se reprendre.
Les cours se sont ensuite heurtés à la résistance des 2,32. Comme d’habitude, son passage nous donnera un petit signal d’achat, « petit » car la progression des cours pourraient être bloquée par la borne supérieure du canal baissier CT et une autre petite oblique baissière (en rouge). A noter que le franchissement de ces fameux 2,32 avaient provoqué une accélération haussière au cours des séances des 8 et 9 janvier ce qui avait permis au titre de toucher rapidement les 2,63.

Du gros gap baissier

5 semaines de baisse

La bourse parisienne a mis fin à 5 semaines de baisse grâce à une reprise du CAC40 de 2,2%. IL faut bien reconnaître que ce rebond manque de vigueur et apparaît fragile –>>https://storify.com/pascalTH/histoire-de-ssii. Les baissiers qui ont pris la main sur le marché vont jouer la baisse sous la résistance des 3785 qui est la limite du gros gap baissier. On a déjà pu le constater ce vendredi, le marché a en effet été vendu après un nouveau test de ces niveaux.
Côté US, la Fed a mis un peu d’eau dans leurs vins concernant la politique monétaire qu’ils vont adopter. En effet, certaines membres ont affirmé que le calendrier adopté récemment pour réduire le rythme des achats de titres ne dépendait pas de dates précises mais des perspectives économiques qui demeurent floues … Coté entreprises, GROUPE PARTOUCHE a publié d’excellents résultats semestriels ce qui devrait l’aider dans les discussions actuelles concernant la restructuration de sa dette.
GROUPE EUROTUNNEL s’est offert un rebond de 15 % après sa forte chute liée à l’étonnante offensive de la Commission européenne sur ses tarifs. J’avais l’intention de m’intéresser au titre mais j’en n’ai pas eu le temps puisque le titre a rebondi très rapidement !
La galaxie PEUGEOT a encore eu de l’actualité cette semaine. La famille Peugeot seraient prête à céder le contrôle de la firme sochalienne s’ils parvenaient à convaincre General Motors de renforcer l’alliance entre les deux groupes et d’injecter de nouveaux fonds. Les titres PEUGEOT et FAURECIA en ont profité.

Une augmentation de capital

SOITEC a annoncé une augmentation de capital à un prix bradé à 1,45 € alors que le cours cotait encore au-dessus des 3 €, il y a quelques semaines. Encore une fois, l’actionnaire est pris pour un gogo. Il est urgent et inutile de ne rien faire sur ce titre, que ce soit à l’achat ou à la vente : il me parait plus prudent d’attendre 4-5 semaines, comme le conseille également les traders de Bitcoin le temps que le titre digère cette augmentation de capital qui sera très dilutive … alors que le PDG nous baratinait encore il y a quelques semaines …. Bref ….
Certaines petites valeurs décotées ont touché de nouveaux plus bas. Je pense notamment à COHERIS, GENOWAY qui affichent pourtant des situations financières solides. MAXIMILES a repris la route vers le sud, à suivre aussi. La valeur NETBOOSTER a été attaquée cette semaine dans des volumes importants, suite au départ de DG Raphael Zier. Je ne trouve pas cela si négatif étant donné que cette société s’est certes internationalisée mais a souvent déçu.

La semaine sera une fois de plus, calme en termes de publication de sociétés : soyez patient, la saison des communiqués va bientôt reprendre.
Concernant les configurations graphiques, c’est toujours difficile d’y voir clair à CT. J’ai cependant remarqué que de nombreux titres étaient posés juste dessous leurs obliques baissières On suivra aussi MAUNA KEA TECHNOLOGIE dont le fonds The Capital Group Companies a acquis 5 % du capital sur le marché. Côté AT, je n’ai rien relevé … je vous en parle uniquement par feeling. HF COMPANY va offrir un dividende de 0,5 € le 9 juillet (pour un cours actuel de 5,08 €) ce qui devrait pas laisser indifférent le marché. A suivre.

Le positionnement des chandeliers de retournement

La méthodologie d’anticipation de retournement de tendance me fait penser à l’immobilier, lire mon avis. Cela consiste à mixer à la fois l’existence d’une divergence et l’existence de bougies japonaises de retournement à l’intérieur de la zone de divergence. Les bougies de retournement dans la zone de divergence peuvent être nombreuses ou peu nombreuses, de bonne qualité ou de mauvaise qualité. Elles peuvent être parfaitement positionnées ou mal positionnées. Ce sont la qualité, le nombre et le positionnement  qui détermineront la « force » de la divergence. Globalement, la stratégie de recherche des retournements haussiers ou baissiers ne change pas. C’est la technique de trading (degré de conviction, positionnement du stop) qui changera selon la qualité décidée du retournement de tendance étudié chez ce très bon guide sur les courtiers http://courtiersforex.com/.

Un petit nombre de sélectionnés

Les chandeliers de retournement doivent faire partie d’une liste courte et simple :
-les dojis ;
-les avalements et les haramis ;
-les pendus et les marteaux ;
-les étoiles filantes et les marteaux inversés.
Les chandeliers doivent se trouver impérativement dans la zone de divergence (ZD) placée sur la ligne de divergence (LD). Un seul chandelier de retournement, au minimum, doit apparaître, http://www.rhonealpesjob.com/fed_finance et de plus, il n’a pas besoin de bougie de confirmation. Plus le positionnement de la ou des bougies de retournement se situe vers la droite (c’est-à-dire le plus proche possible du retournement de tendance), plus le renversement de tendance sera fort. Il est clair que plus la quantité de bougies de retournement est importante, plus la conviction de retournement de tendance est forte.

Méthodologie

1. Détecter une divergence du RSI ;
2. Vérifier l’existence de bougies japonaises de retournement à https://twitter.com/DelormeSimon1 l’intérieur de la zone de divergence (une seule bougie suffit). L’idéal étant la position extrême, droite (divergence baissière) http://www.capital.fr/bourse/cotation/bourse-direct-fr0000074254 ou extrême, gauche (divergence haussière) ;
3. Attendre la cassure des 60% (en divergence baissière et des 40% en divergence haussière) pour intervenir à la vente (ou à http://www.finances.cgt.fr/ l’achat).

Le visuel et le mathématique : la réconciliation

L’analyse technique est surtout réservée à l’utilisation du visuel ; la lecture des fondamentaux (économiques, financiers) est exclue. Peut-on anticiper à la seule lecture des graphiques un possible retournement de tendance ? Non ; mais en ajoutant un élément de filtre basé sur l’approche mathématique, la synthèse apparaît plus crédible et plus constructive.
im1

Le principe général

Mélanger les écoles

Il paraît judicieux de mettre en place une méthode pour ouvrir des positions au début d’un retournement de tendance. Et il paraît encore plus opportun de mélanger des éléments appartenant à deux écoles d’analyse technique du fonctionnement du trading du bitcoin.
MIXER LES CHANDELIERS ET LES DIVERGENCES

Chandelier + divergence = la clé du succès

La méthodologie présentée dans ce livre n’est ni révolutionnaire ni infaillible ; issue de www.option-binaire.be, elle se veut simple sans pour autant être dénuée d’efficacité. Elle associe la reconnaissance des chandeliers de retournement que nous avons présentés dans le premier chapitre de cette deuxième partie, à celle de divergences sur le RSI et le MACD.

Le visuel et le mathématique : la réconciliation

L’analyse technique est surtout réservée à l’utilisation du visuel ; la lecture des fondamentaux (économiques, financiers) est exclue. Peut-on anticiper à la seule lecture des graphiques un possible retournement de tendance ? Non ; mais en ajoutant un élément de filtre basé sur l’approche mathématique, la synthèse apparaît plus crédible et plus constructive, plus applicable sur ce site .

Le carnet donne à n’importe quel moment d’une séance de Bourse un état des lieux instantané en faisant le recensement des ordres d’achat et de vente en attente dans le système. Dès qu’un ordre est exécuté, il disparaît du marché et il faut attendre qu’un autre ordre puisse satisfaire les conditions de prix proposées par le marché pour qu’il y ait une nouvelle transaction.

En attendant ce nouvel ordre le système met en attente les ordres non exécutés. Supposons que du côté des vendeurs la meilleure limite soit 100 euros : cela signifie que parmi les ordres de vente en présence aucun n’est stipulé au-dessous de 100 euros ; pour acheter un titre à ce moment précis il faudrait accepter de le payer au moins 100 euros dépot minimum chez ce courtier.

Dans le même temps, du côté des acheteurs l’ordre le plus généreux en présence a fixé une limite à 99 euros ; cela signifie que pour vendre un titre à cet instant il faudrait accepter de le faire à 99 euros pour trouver une contrepartie immédiate

Outils Trading

Ci-dessous, les courbes de deux trackers le SPY (SP500) et le RSP ainsi que la force relative.

Beaucoup de Traders court terme (Daytrading) utilisent le RSP en parallèle avec l’évolution du SP500, surtout en unités de temps réduites comme en 5 minutes parce que le RSP est presque toujours précurseur ou du moins et surtout le ratio RSP :SPY. Présentation de l’ ETF (RSP). Cet ETF a les mêmes actions que le SPY, mais avec des pondérations égales. Cela signifie qu’il favorise les petites et mid-caps en son sein. En revanche, le SPY favorise clairement les grandes capitalisations. La faiblesse relative dans les petites et moyennes sociétés de casinos comme  http://www.casino-noir.org  et de façon générales toutes les capitalisations est négative pour l’ensemble du marché et plaide pour une attitude prudente à l’avenir.

Sans-titre-3

Ici, sur cette vue en semaine ce n’est pas trop visible mais je regarde souvent le SP500 et le RSP en UT 5 ou 15 et vous seriez surpris de la puissance d’anticipation de celui-ci en effet, une fois que le RSP se refuse de poursuivre la tendance, le retournement est proche.

Juste pour la réflexion

Au regard de l’indice mais aussi et surtout du pourcentage de titre se traitant au-dessus de leur moyenne mobile 200 jours, il devient évident que l’impact des plans d’aide, les quantitative easing et autres électrochocs monétaires ne parviennent plus réellement à booster les actifs à risques.

Un QE3 en septembre ?


Possible et probable mais, certainement inutile à moyen terme, en effet, pour info, le Japon bien avant la Fed ou la Banque d’Angleterre, avait déjà connu l’expérience la plus complète de quantitative easing conduite par la Banque du Japon de mars 2001 à mars 2006. 6 plans successifs qui n’ont pas pu empêcher les Nippons de connaitre un marché baissier de plus de 25 ans.=>http://www.securitas.com/fr/fr/Segments/Finance/
Une fois que l’inflation a pointé le bout de son nez et augmenté pendant trois mois d’affilée, les autorités du pays du soleil levant (la BoJ) ont directement stoppé les QE. Et pourtant, aujourd’hui les grandes banques centrales des pays développés mènent des politiques proches de celle de la BoJ. La Fed et la BCE achètent de la dette publique en quantité. La BCE inonde les banques
de liquidités. L’histoire va-t-elle une fois de plus se répéter

Le BRIC en déroute

 Voici le résultat d’un back test avec les critères Ivy depuis 2007, vous comprendrez vite qu’il vaille la peine de s’y attarder un peu. Cette gestion bat allègrement le SPY (SP500) sur et surtout la volatilité est moindre. Vous pouvez si vous le souhaitez reproduire vous aussi le portefeuille le portefeuille IVY sans aucun problème, son concepteur Mébane Faber, préconise de n’acheter les trackers ci-dessous qu’uniquement quand ils se situent au-dessus de leur MM 20 mois respectives et de se laisser porter par la vague de la défiscalisation à outrance.

Voici la liste des trackers en question

La gestion de ce portefeuille ne demande vraiment pas beaucoup de temps, il suffit de regarder les cours une fois par mois. Par moment vous serez 100% investi et a d’autre complètement liquide. Les bonnes approches LT sont rares, celle-ci en est une des meilleures.

Avec la fin de l’année qui s’en vient, l’heure des comptes arrive.”http://www.onlinebingo-fr.net
Au final, ce sont bien les marchés dit émergent qui auront le plus souffert de l’année 2011
Les Bourses émergentes ont été affectées par les inquiétudes sur la croissance mondiale, et surtout par la chute brutale de l’activité manufacturière de la Chine https://twitter.com/EmileHerbert.

Sans-titre-1

FXI : Chine, EWZ : Brésil, RSX : Russie, INP : Inde et a titre de comparaison le SP500 qui fait de la résistance

Il fut un temps où l’on parlait de pays sous-développés. Ce terme a été remplacé par celui, moins péjoratif, de pays en voie de développement. Puis sont apparus les pays émergents qui ne font plus vraiment partie des pays en voie de développement mais qui n’ont pas atteint le niveau des pays développés * https://twitter.com/HoffmannNathan1 *.

Opportunité d’achat ?

Les Bourses des BRIC ont un potentiel plus intéressant que les Bourses traditionnelles. Mais, elles sont plus volatiles que les grandes Bourses occidentales. Il faut en prendre conscience avant de s’y lancer. Ensuite, il faut décider quelle part de son avoir on accepte de leur confier, en fonction du risque accepté, du reste de ses investissements et de l’horizon de placement.

Une valeur refuge inattendue ?

L’assouplissement quantitatif en action

Difficile de croire même avec la dernière correction que le marché est sur le point de passer baissier maintenant. La planche à billet tourne encore à plein régime (Q1 et Q2), les taux sont encore sur les plus bas. En économie, avec un site de broker CFD bitcoin l’assouplissement quantitatif (en anglais quantitative easing) est une politique monétaire dite non conventionnelle utilisée par quelques banques centrales pour accroître la masse monétaire en augmentant les excédents de réserve du système bancaire. C’est en théorie un environnement porteur pour les actions de loisirs comme les sites de grattage winorama ou les parcs de jeu comme Eurodisney .

Cette politique est souvent appliquée quand les autres méthodes pour réguler la masse monétaire ont échoué (ex:quand le taux directeur, d’escompte ou interbancaire est près de ou égal à 0%). Début nov. 2010, la Fed a décidé d’acquérir aux institutions financières US des titres pour 600 milliards USD pour favoriser la croissance de l’activité économique US. Imaginez Bernanke dans un avion au dessus USA larguant des tonnes de billets, ceux-ci ne tombant que sur les banques… Pas sans risque quand ils prendront fin. La Fed devra éviter un dégonflement rapide des flux de capitaux vers les classes d’actifs (comme matières premières et marchés émergents). Plus gênant sans doute, la Fed, soucieuse de gérer la fin du quantitative easing, ne pourra pas normaliser sa politique monétaire de taux d’intérêt assez tôt pour juguler la volatilité sur les marchés de taux et la remontée des taux longs. Les autorités monétaires US risquent d’agir avec retard (on dira alors que la Fed est «derrière la courbe»), ce que les marchés n’aiment pas trop. Dernière illusion du quantitative easing : l’ascension des indices boursiers. Comment ne pas vouloir voir que les performances des entreprises faisant monter les cours sont le résultat d’une croissance à crédit et que les opérations sur le marché des actions et obligations se financent avec de l’argent facile.

Vous l’aurez remarqué, la monnaie américaine opère un spectaculaire retour en grâce, ce n’est pas seulement du à un accès de faiblesse de l’euro pour cause de crise. Voici un graphique pour couper court aux rumeurs qui prétendent que si le dollar monte, le marché baisse au même moment, même si c’est souvent le cas il y a des périodes plus ou moins longues où la devise et le marché suivent la même direction.

Sans titre 1

Il faut savoir que plusieurs phénomènes se conjuguent pour doper le billet vert, les hedge funds (fonds spéculatifs), obligés de liquider leurs positions, sont à la recherche de dollars, et donc, dans un univers de plus en plus incertain, affaiblissent l’euro.
Les investisseurs privilégient les valeurs sûres et achètent souvent en masse des bons du Trésor américain ; les perspectives de récession en Europe et donc de baisse prochaine des taux directeurs de la BCE * https://twitter.com/LefrancLouis1
La force du dollar correspond avant tout à des « phénomènes de marché » transitoires. L’impossibilité pour les opérateurs internationaux de trouver des crédits auprès des banques américaines les a obligés à se tourner vers les marchés des changes. Une fois passé ce cap, le dollar risque fort de retrouver sa tendance baissière antérieure, notamment en raison du creusement des déficits publics américain.